Compte joint : optimiser son fonctionnement

Si vous avez un partenaire stable, êtes marié ou avez fondé une famille, vous avez peut-être pensé à ouvrir un compte joint. Un compte conjoint est un outil utile pour gérer les finances d’un couple puisqu’il facilite facilement le partage des dépenses. Découvrez dans cet article les informations nécessaires sur son fonctionnement.

Qu’est-ce qu’un compte joint ?

Un compte joint est exactement le même qu’un compte traditionnel. La seule différence est qu’il est : partagé par deux personnes ou plus. Contrairement à ce que son nom laisse entendre, un compte joint n’est pas réservé qu’aux couples. Beaucoup de couples en ont un, mais vous pourriez, par exemple, en ouvrir un avec des copropriétaires de votre chalet familial. Tous les titulaires de compte ont les mêmes droits. Ils peuvent effectuer des dépôts, des retraits ou effectuer d’autres opérations bancaires. En général, ils n’ont pas besoin d’obtenir l’autorisation des autres titulaires de compte pour effectuer des transactions.

A découvrir également : Combien de temps faut-il pour obtenir un chèque de banque ?

Pour assurer un meilleur contrôle du compte, il est possible d’exiger deux signatures pour les chèques et les retraits. Dans ce cas, il serait impossible d’avoir une carte de débit pour le compte joint. C’est moins pratique, mais cela garantit votre droit de revoir toutes les transactions.

Fonctionnement et avantage d’un compte joint

L’ouverture d’un compte joint est particulièrement utile pour gérer les factures communes d’un couple. Vous pouvez utiliser le compte pour payer les dépenses de la maison, les activités familiales ou les fournitures scolaires de vos enfants scolarisés. C’est plus simple et plus rapide que de conserver vos factures et d’essayer de les diviser plus tard.

A voir aussi : Comprendre le fonctionnement d'un Compte Bancaire Societe Generale

Votre institution financière pourrait exiger que vous déteniez un compte conjoint si vous désirez devenir propriétaire en couple. Le paiement hypothécaire serait alors effectué à partir de ce compte. Un compte joint permet de gérer ses dépenses en duo, mais il est aussi très pratique pour épargner. Vous pouvez utiliser le compte pour mettre de l’argent de côté pour un projet de rénovation, un mariage ou un voyage.

Optimiser le fonctionnement : éviter les litiges

Les experts recommandent souvent aux couples de contribuer à leur compte joint en fonction de leurs revenus. Si quelqu’un gagne 60% du revenu du ménage, il doit cotiser 60% au compte joint. Les dépenses partagées sont donc plus équitables. Le partenaire avec le salaire le plus bas a moins de chances de perdre une somme d’argent disproportionnée.

Les partenaires doivent également avoir une discussion franche sur leurs valeurs et leurs priorités. Ils doivent convenir dès le départ de l’utilisation du compte afin d’éviter tout malentendu. La création d’un budget permet également une gestion transparente des entrées et sorties d’argent. Ainsi, vous pourrez profiter des avantages financiers du vivre ensemble tout en limitant les risques de conflits !

Les responsabilités et obligations des titulaires d’un compte joint

Lorsqu’un couple ou des personnes proches ouvrent un compte joint, ils ont chacun des responsabilités et des obligations vis-à-vis de ce compte. Les deux titulaires du compte possèdent une responsabilité solidaire, tant pour le fonctionnement que pour les incidents qui peuvent survenir. Cela signifie que chaque titulaire est responsable de la totalité des sommes engagées sur le compte.

Les bénéficiaires d’un chèque émis sur un compte joint ne doivent pas être confondus avec les cotitulaires. Les litiges liés à l’utilisation du chéquier sont ainsi évités. En effet, si une personne reçoit un chèque adressé à ses deux noms alors qu’elle a déjà quitté son conjoint/co-titulaire mais refuse néanmoins de lui remettre sa part due en vertu du principe de solidarité entre les co-titulaires, le non-respect peut conduire au tribunal.

Il faut souligner ces éléments et, afin d’éviter tout malentendu potentiellement préjudiciable aux parties impliquées, tout accord concernant l’ouverture d’un compte joint devrait autant que possible être formalisé par écrit devant notaire, notamment s’il y a un transfert important des fonds provenant des comptes personnels sur le compte joint.

Les précautions à prendre avant d’ouvrir un compte joint

Ouvrir un compte joint est souvent considéré comme une étape importante pour les couples qui partagent leur vie et leurs finances. Avant de franchir le pas, pensez à bien prendre certaines précautions.

La première chose à faire est d’établir une confiance mutuelle entre les deux parties. Ouvrir un compte joint avec quelqu’un signifie que vous lui confiez l’accès à vos finances. Il faut donc être sûr que votre relation est assez solide pour supporter cette responsabilité supplémentaire.

Une fois cette question réglée, pensez à bien vous entendre sur la manière dont seront gérées les dépenses du ménage ainsi que sur la proportion des revenus respectifs qui sera versée sur le compte commun afin d’y subvenir. Ce point peut sembler anodin mais il peut rapidement se transformer en source de tensions si chacun n’a pas bien conscience des attentes et des obligations financières liées au partage d’un tel compte.

Il ne faut pas hésiter à poser toutes les questions nécessaires auprès du conseiller bancaire lors de l’ouverture du compte joint. Celui-ci devra notamment préciser comment fonctionne ce type de compte par rapport aux comptabilités individuelles classiques et donner toutes les informations utiles relatives aux conditions générales tarifaires (frais bancaires appliqués). Les titulaires doivent aussi veiller à indiquer clairement le mode de gestion souhaité : soit ‘chacun-de-son-côté’ soit ‘ensemble’.

Les situations à privilégier pour ouvrir un compte joint

Ouvrir un compte joint n’est pas anodin et doit être considéré en fonction de plusieurs situations que peuvent rencontrer les couples ou colocataires. Voici quelques exemples de cas pour lesquels l’ouverture d’un compte commun est souvent privilégiée.

Premier exemple, lorsque vous vivez avec votre conjoint(e) ou êtes pacsé(e). Dans ce cas, il peut être utile d’avoir un compte joint pour gérer ensemble les charges communes (loyer, factures…), mais aussi prévoir des projets à deux tels qu’un voyage ou un investissement immobilier. Cela permet aussi une meilleure visibilité sur la situation financière du couple.

Dans le cadre d’une colocation, l’ouverture d’un compte joint facilite la gestion des dépenses courantes telles que le loyer et les charges. Il permet aussi de partager équitablement les frais liés aux courses alimentaires ainsi qu’à tous types de consommables utilisés par chacun dans leur vie quotidienne commune au sein du logement partagé.

S’il arrive que vous soyez amenés à effectuer plusieurs achats importants ensemble • comme acheter une voiture -, alors l’ouverture d’un compte commun peut être pratique pour éviter toute confusion dans la répartition des remboursements mensuels entre chaque titulaire individuel qui a contribué aux paiements initiaux engendrés par cet achat précis.

Notez cependant que si ces situations correspondent parfaitement à celles rencontrées lors d’une ouverture de compte joint, il reste important que chaque titulaire prenne le temps de bien en discuter avec son conjoint(e) ou colocataire afin d’éviter tout malentendu quant aux dépenses et autres mouvements qui seront effectués sur ce nouveau compte commun.

Comment gérer la clôture d’un compte joint ?

La vie à deux ou en colocation n’est pas toujours un long fleuve tranquille et il peut arriver que les titulaires du compte joint souhaitent mettre fin à leur collaboration financière commune. Dans ce cas, la clôture du compte est une étape importante qui doit être effectuée avec précaution.

Il faut rappeler qu’un compte joint est géré en indivision par tous ses titulaires. Cela signifie que chacun dispose des mêmes droits sur le compte et engage aussi sa responsabilité vis-à-vis des éventuelles dettes contractées via celui-ci. Il faudra donc trouver un terrain d’entente pour permettre la clôture.

Il faut noter que, même si l’un des co-titulaires souhaite clore le compte sans accord préalable avec son/sa partenaire financier/ère, la fermeture ne pourra pas se faire unilatéralement.

Pour commencer cette démarche de clôture, vous devez tout d’abord informer votre banque par courrier recommandé avec accusé de réception (mais certains établissements acceptent aussi les demandes faites directement en agence), précisant vos coordonnées ainsi que celles de votre conjoint(e) ou colocataire et bien sûr en mentionnant explicitement votre demande commune concernant la demande formelle de fermeture du compte.

Une fois cette formalité accomplie auprès de l’établissement bancaire choisi (une banque peut refuser une telle opération si elle considère le risque de non-respect des engagements contractuels vis-à-vis des éventuelles dettes), il vous faudra alors penser à régler tous les paiements en cours et/ou futurs qui peuvent être liés au compte joint. Pour cela, il faut que les montants dus aient été réglés et qu’il n’y ait plus aucune trace de mouvement bancaire effectué depuis le compte concerné depuis plusieurs mois (généralement 2 mois sont demandés par la banque pour s’assurer d’une cessation complète et définitive de toute activité financière venant occulter tout passif potentiel), votre banque procédera alors à la clôture de ce dernier.