Assurance crédit : quelle est la différence entre 100 et 50 ?

Lors de la souscription à une assurance de crédit immobilier, l’on vous parle de la notion de quotité. Celui-ci est généralement donné en pourcentage. Il est également appelé l’apport de l’assurance crédit. On vous propose donc souvent un pourcentage de 50 ou 100. Mais quelle est la différence entre ces deux quotités ? Étonnant ! Suivez cet article pour être plus informé.

C’est quoi la quotité d’assurance crédit ?

La quotité d’assurance crédit correspond en effet, au pourcentage du capital du crédit couvert par l’assureur. Il est possible qu’elle soit située entre 1 et 100 % par co-emprunteur. En cas de sinistre, c’est le pourcentage sur lequel l’on est indemnisé. Par exemple, cela signifie que si vous arrivez à souscrire à l’assurance crédit par une société d’assurance de 50, celle-ci vous assure pour une quotité de 50%.

A voir aussi : Résilier son assurance auto chez Groupama : démarches et astuces

Ainsi, retenez donc que c’est à l’emprunteur de pouvoir définir la quotité de son assurance crédit, en accord avec son banquier bien sûr. Il peut exiger une couverture sur la totalité de la somme créditée, soit en quelque sorte une quotité de 100 %. Elle peut aussi atteindre 200 % en cas de co-emprunteur.

Il faudrait savoir que l’apport choisi a un impact sur le coût de l’assurance de votre crédit. Il faudrait donc que vous respectiez une quotité vraiment proportionnelle au salaire, que vous empruntiez en couple ou seul.  Cependant, l’on parle de quotité de 50%, 100 %… Quelle est la différence entre ces deux ?

A découvrir également : Assurance vie PLAN EPARMIL : rendement

Le profil du créditeur : une différence importante

Généralement, un crédit immobilier doit être à 100% garanti par une assurance emprunteur. Mais force est de constater que de nos jours, cette quotité dépend en fait du profil du créditeur. C’est de là que se trouve la différence principale entre la quotité de 50% et celle de 100%.

Lorsque l’on souscrit tout seul à un crédit immobilier, il faudrait que l’on s’attende toujours à ce que la quotité soit de 100 %. En cas d’invalidité, de décès, d’incapacité ou de perte d’emploi du créditeur, l’assureur va rembourser 100% du capital ayant été crédité. La banque réclame donc une quotité de 100 % sur l’emprunteur. Il y a des exceptions, mais elles sont vraiment rares.

Tandis que lors de votre souscription, s’il y a un co-créditeur qui vous accompagne, vous allez devoir choisir une quotité dont celle de 50 %. A ce niveau, il s’agit d’une couverture équilibrée (50%-50%). Cela signifie en effet, que les deux créditeurs (le co-créditeur et vous) sont couverts de la même manière. C’est-à-dire en cas de décès, à 50 % du montant de l’échéance du crédit. De ce fait, si vous aviez le profil de co-créditeur au lieu de créditeur, cette quotité est disponible.

Notez que l’on choisit cette répartition lorsque les co-créditeurs ont des revenus égaux et n’ont aucun facteur à risque particulier.

Pourquoi choisir sa quotité d’assurance crédit est primordial ?

En réalité, il est nécessaire de faire le choix de la quotité d’assurance puisque cela nécessite une réflexion sur le long terme. Cela déterminera en fait en cas d’accident de la vie (accident, décès, maladie…), la continuité du remboursement du crédit. De ce fait, sachez que les préconisations de l’assureur ne doivent pas être négligées.

Les impacts financiers de la quotité d’assurance crédit

Le choix de la quotité d’assurance a aussi un impact sur les coûts financiers pour l’emprunteur. Effectivement, plus la quotité est élevée, plus le coût de l’assurance sera important. Pensez à bien étudier votre capacité financière et les risques encourus avant de faire votre choix.

Dans le cas où l’emprunteur opte pour une quotité inférieure à 100 %, il est possible que la banque exige une garantie supplémentaire afin de sécuriser son prêt en cas d’accident de la vie. Cette garantie peut prendre différentes formes : cautionnement (par exemple par un organisme spécialisé), hypothèque ou encore nantissement.

Parmi ces options, celle qui est certainement la plus intéressante pour les emprunteurs est le nantissement, puisqu’il ne nécessite pas d’intervention extérieure ni même d’hypothéquer son bien immobilier personnel.

Il faut savoir qu’en cas de modification du contrat initial (changement du montant emprunté ou allongement/raccourcissement), cela aura forcément des conséquences sur votre assurance crédit ainsi que sur votre taux global d’intérêt.

C’est pourquoi il est primordial de prendre en compte les événements imprévisibles couverts par ce type d’assurance, nécessaire dans tout projet nécessitant un investissement financier significatif tel que celui-ci.

Comment ajuster sa quotité d’assurance crédit en fonction de ses besoins ?

Face aux enjeux liés au choix de la quotité d’assurance crédit, vous devez savoir comment ajuster celle-ci en fonction de vos besoins. Pour ce faire, plusieurs solutions existent.

La première option consiste à négocier avec votre banque dans le cas où la quotité choisie initialement ne conviendrait plus. Vous devez réaliser un comparatif des offres proposées. En effet, chaque organisme financier propose ses propres conditions quant à l’assurance crédit et différencie donc son offre selon la quotité assurée. N’hésitez pas à faire jouer la concurrence pour trouver l’offre qui correspondra le mieux à vos besoins financiers.