Calcul de l’augmentation salaire : comment ça marche ?

Chaque année, il y a un entretien qui se réalise. Cet entretien représente une parfaite occasion pour aborder une idée d’augmentation du salaire avec votre manager. Perçu comme une tâche périlleuse, vous aurez plus de chances étant bien préparé. Non seulement ceci, vos arguments seront encore bien accueillis. Alors, pour ne pas paraître trop gourmand, quelle augmentation de salaire devez-vous demander ? Retrouvez les éléments de réponse au travers de cet article !

Augmentation de salaire : comment faire le calcul ?

Votre employeur vous présente un nouveau salaire embarquant une revalorisation. Il existe une méthode de calcul à adopter pour déterminer ce taux de majoration du salaire. En premier lieu, vous effectuez le nouveau salaire – ancien salaire pour trouver la somme d’augmentation. En second lieu, vous réalisez : montant de l’augmentation / ancien salaire x 100. Ce calcul vous offrira le pourcentage (taux d’augmentation) du salaire. Prenons le cas de Paul par exemple qui prenait un salaire de 1 300 € bruts chaque mois. Son employeur lui augmente une somme de 200 € bruts chaque mois. Alors, son nouveau salaire est de 1 500 € bruts le mois. Le taux d’augmentation du salaire serait : 200 / 1 300 x 100 = 15,38 %.

A lire en complément : Comparaison détaillée : Picard versus Thiriet, qui remporte la bataille des surgelés ?

Augmentation de salaire : combien demander auprès de son employeur ?

Bon nombre de personnes se demandent combien demander à son employeur par rapport à la majoration de son salaire. À ce propos, il faudra juste demander le pourcentage d’augmentation. Gardez en tête que la clé du succès se trouve dans la formulation de la fourchette d’augmentation salariale. Elle se situe entre 5 % et 10 % de son salaire fixe en fonction des arguments à mettre en relief pour défendre la hausse.

Pourquoi devez-vous avancer une fourchette et un pourcentage ?

Le pourcentage représente un langage que les managers ainsi que les DRH comprennent aisément. Une augmentation de 8,33 % convient à un mois supplémentaire de salaire chaque année. Ce que craignent plusieurs entreprises. Sauf dans de circonstances exceptionnelles tout comme les bons résultats par exemple, veillez à viser un peu moins 5 % ou 6 % par exemple.

A voir aussi : Monétisation de Google : découvrez les stratégies de revenus du géant du web

En ce qui concerne la fourchette, elle laisse de la place aux négoces. Toutefois, vous pouvez obtenir le montant le plus bas. Même pas un centime de plus. Dans ce cas de figure, nous vous recommandons de rehausser le minima pour que cela soit acceptable pour vous.

Vous ne devez pas demander une augmentation de salaire avec un montant fixe. Cette erreur referme systématiquement la négociation. Pour entamer le dialogue avec votre employeur, vous devez proposer une fourchette de majoration suivie de la question suivante : qu’en pensez-vous ? Ceci représente la meilleure tactique !

Lorsque vous négociez une augmentation, préférez parler en salaire brut. Les ressources humaines s’expriment toujours en valeur brute et non en valeur nette.

Augmentation de salaire : laquelle devez-vous demander au cours de votre entretien annuel ?

Au cours de votre entretien annuel, la fourchette de la hausse du salaire exprimée en pourcentage que vous demanderez relève des résultats acquis durant l’année. Au cas où vous dépasseriez largement les objectifs attendus de vous, serait parfaitement défendable un taux d’augmentation de salaire situé entre 5 % et 10 %. Mais si vous avez simplement atteint les objectifs, vous pouvez bénéficier d’un taux d’augmentation de salaire situé entre 3 % et 5 %.