Les principales mesures de la réforme des retraites

Un sujet qui a fait couler de l’encre en si peu de temps, c’est bien celui de la réforme des retraites. En effet, elle a été présentée par la Première Ministre le 10 janvier dernier et a déjà soulevé un tollé auprès des syndicats qui sont formellement contre. Eh oui, ils sont unanimes sur leur décision de s’opposer à cette réforme notamment en ce qui concerne le report de l’âge de départ à la retraite. Vous aussi vous voulez vous indigner ? Mais contre quoi exactement ? Concrètement, quelles sont les principales mesures de cette fameuse réforme des retraites ? C’est ce qui vous est présenté dans cet article.

De 62 ans à 64 ans : le report du départ à la retraite

Première mesure qui a fait réagir sur cette réforme des retraites, le report de l’âge de départ à la retraite est le gros point noir qui a été pointé du doigt. Selon les dires de la cheffe du gouvernement, Elisabeth Borne, c’est le seul moyen de rétablir l’équilibre des finances du régime à long terme. En effet, pour le gouvernement, il est hors de question de toucher au montant des pensions ni d’augmenter les cotisations.

Lire également : Comment faire une demande de relevé de carrière ?

Or, le nombre de cotisants étant en baisse, il est urgent de trouver une solution durable. Ainsi, la réforme propose de décaler l’âge légal de départ à la retraite à 64 ans au lieu de 62 ans. Pour atteindre 64 ans en 2030, il y aura un report progressif de 3 mois par an à partir de septembre. Comment ça se passe ? Si la réforme est adoptée et entre en vigueur l’été prochain, l’âge de la retraite sera de 63 ans et 3 mois à la fin du quinquennat.

Carrière longue : départ anticipé sous réserve

L’argument de poids du gouvernement dans cette réforme des retraites est que le projet est « universel, et concerne tous les actifs, salariés, indépendants et fonctionnaires » comme l’a insisté la Première Ministre dans ses déclarations. Elle a aussi déclaré que cette réforme a pour objectif de préserver ceux qui font une carrière longue à savoir ceux qui sont entrés dans la vie active entre 16 et 18 ans. Ces derniers ne seront donc pas obligés de travailler ni de cotiser plus de 44 ans.

A voir aussi : Les étapes incontournables pour préparer sa retraite : guide complet

Après avoir cotisé pendant 172 trimestres, ceux qui ont commencé à travailler cinq trimestres avant 20 ans pourront partir à la retraite deux ans avant l’âge légal fixé c’est-à-dire à 62 ans comme le prévoit le régime actuel. Ceux qui ont vraiment travaillé très tôt (avant 16 ans) pourront même partir dès 58 ans, toujours sous réserve d’avoir rempli les 43 annuités évidemment.

Régimes spéciaux : supprimé

Ensuite, une mesure de la réforme des retraites pour mettre tout le monde sur le même pied d’égalité consiste aussi à supprimer les régimes spéciaux. Pour rappel, ces régimes spéciaux permettent à des professionnels dans certains secteurs de partir à la retraite avant l’âge légal. Il s’agit notamment des salariés de la RATP, des Industries Électriques et Gazières (IEG), des membres du Conseil Economique Social et Environnemental et des clercs de notaires.

Bien entendu, tous les affiliés actuels ne verront pas leur privilège supprimé, il s’agit uniquement d’une réforme destinée aux nouveaux salariés embauchés après l’entrée en vigueur de la réforme des retraites. C’est ce qui s’appelle la clause du « grand-père ».

Certaines exceptions ne subiront pas ce report de l’âge de la nouvelle réforme : ceux qui ont subi un accident de travail pourront aussi bénéficier d’un départ à la retraite deux ans avant l’âge légal, les salariés en situation d’inaptitude peuvent partir à 62 ans et les personnes en situation de handicap à 55 ans.

Index senior : une obligation des entreprises

Une autre nouveauté que réserve la réforme des retraites est l’index senior. Une mesure mal digérée par le patronat. Qu’est-ce que c’est ? L’index senior s’apparente à l’index égalité professionnelle homme-femme à appliquer pour les seniors. Il s’agit d’un effort supplémentaire demandé par le gouvernement à destination des entreprises au niveau de la transparence en matière de recrutement des seniors.

Il sera de la responsabilité des entreprises de mettre ces informations à disposition du public et d’organiser l’index par secteur. Celles qui ne s’y soumettent pas seront pénalisées. Les premières entreprises concernées seront celles qui emploient plus de 1000 salariés (en 2023) suivies rapidement par les entreprises de plus de 300 salariés en 2024. L’objectif de cette mesure est aussi d’améliorer le processus de retraite progressive qui consiste à travailler à temps partiel tout en touchant une partie de la pension.

Pension minimum : revalorisée

En ce qui concerne les pensions de retraite, elles seront revalorisées que ce soit pour les nouveaux retraités ou les retraités actuels. En effet, pour un cotisant qui a fini une carrière complète, le montant sera de 1200 €. Et pour un bénéficiaire du SMIC, il percevra 85% du SMIC à la retraite.

La prise en compte de la pénibilité au travail dans le calcul de la retraite

Dans le cadre de la réforme des retraites, une mesure importante concerne la prise en compte de la pénibilité au travail dans le calcul de la retraite. Effectivement, les travaux difficiles ou dangereux seront désormais pris en compte. Les personnes ayant travaillé dans ces conditions pourront partir plus tôt à la retraite.

Les travailleurs exposés aux risques professionnels, comme ceux du BTP ou encore les infirmiers et aides-soignants, auront droit à un départ anticipé à l’âge de 60 ans. Pour bénéficier d’un tel avantage, ils devront justifier d’un certain nombre d’années passées dans leur métier respectif et avoir été soumis à des conditions qui ont affecté leur santé physique et/ou mentale.

Pensez à bien noter que tous les salariés ne seront pas logés à la même enseigne concernant cette mesure. Les critères permettant d’évaluer ce qui constitue un travail pénible varient selon chaque profession et secteur économique. Des indicateurs spécifiques sont ainsi définis pour chaque catégorie professionnelle afin que chacun puisse se voir attribuer une évaluation objective.

Avec cette nouvelle mesure sur la pénibilité au travail qui sera introduite parmi celles déjà en place actuellement, il y aura donc plus d’équité entre toutes les professions devant avoir accès à une retraite anticipée due aux contraintes physiques liées au métier exercé tout au long de sa carrière.

La mise en place d’un système universel de retraite par points

Une autre mesure phare de la réforme des retraites concerne la mise en place d’un système universel de retraite par points. Ce changement majeur prévoit que chaque euro cotisé donne les mêmes droits, quel que soit le statut professionnel du salarié ou son employeur.

Concrètement, ce nouveau dispositif implique une fusion entre les 42 régimes existants pour ne former qu’un seul et unique régime universel. Les règles applicables seront identiques pour tous, quelle que soit l’entreprise dans laquelle travaille le salarié ou encore sa profession.

Avec cette réforme des retraites par points, il n’y aura plus de différence entre les pensions perçues par les femmes et celles perçues par les hommes. Effectivement, actuellement, il existe un écart important entre ces deux catégories concernant le montant alloué à leur pension respective. Cette situation est due principalement au fait que beaucoup de femmes interrompent leur carrière professionnelle pour s’occuper des enfants ou autres membres de leurs familles.

Vous devez mentionner l’introduction d’une clause grand-père qui permettra aux personnes ayant déjà pris leur retraite avant la mise en place effective du nouveau système universel d’en continuer à bénéficier selon l’ancien mode de calcul dont elles ont toujours profité.

Cette réforme annoncée va donc entraîner divers impacts sur notre société, notamment sur :

  • Le niveau moyen des pensions qui devrait être harmonisé,
  • L’allongement probable du temps travaillé afin d’éviter une baisse des pensions pour les retraités,
  • Les cotisations qui devraient rester stables à court terme, mais pourraient augmenter sur le long terme.

Cette réforme est donc attendue avec impatience par de nombreux citoyens concernés par leur avenir et celui de leur future retraite.